Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 19:15
Les pays émergents ont voulu que soit inscrit dans le rapport final du GIEC la responsabilité des pays industrialisés dans le réchauffement climatique.
Il ne se passe pas une semaine sans que ne soient loués les exploits de tel ou tel sportif ; nous nous satisfaisons aisément de regarder ces compétitions de haut niveau confortablement assis dans un fauteuil, ou au mieux d’imiter  leurs exploits dans une pâle pratique amateur du sport.
Pendant ce temps, la planète brûle, et nous continuons à nous déplacer seuls en voiture, y compris pour des déplacements inférieurs à 5km (les ¾ d’entre eux).
"Oh non, je ne prends pas mon vélo, il pleut, je vais gâcher ma permanente, je vais tâcher mon tailleur, je ne peux pas m’habiller, je ne suis pas présentable, comment vais-je faire avec mes courses, mes enfants, il y a trop de vent, trop de côtes, trop de voitures, il fait froid, il n’y a pas de pistes cyclables". Que de tropisme dans tout cela.
 
Pourtant, à chaque obstacle, il existe une solution. C’est curieux, dans un temps de campagne où on valorise l’effort, le mérite, que tant d’obstacles culturels se dressent sur la route des "autosolistes".
Maud Fontenoy, dans ses vingt ans, écume les mers du monde, seule,  à la rame, à la voile, sans parler d’Hélène Mac Arthur.
Et nous ? Sommes-nous plus ridicules que Maud ou Hélène dans nos efforts? Pourquoi auraient-elles droit aux honneurs et nous aux colibets?
 Ne serions-nous pas capables de faire quelques centaines de mètres, quelques kilomètres à vélo, serions-nous si peu courageux, tout justes bons à se pâmer dans un fauteuil ou sur le siège d’une voiture. L’effort sportif intense et le plaisir associé ne serait-il accessible que pour une poignée d’hommes ou de femmes exceptionnelles comblés de lauriers gagnant beaucoup d’argent grâce à nos modes de vie "sursédentarisés" et gavés de biens matériels.
La plupart d’entre nous avons largement les capacités de nous transporter à vélo et ainsi participer à la régulation du climat.
Travailler plus pour gagner plus. Ne serait-ce pas un slogan bien adapté. Le travail, au sens de la physique, est une force que multiplie un déplacement. Se transporter à vélo est du travail qui fait gagner plus, en argent, en santé. Au lieu de se faire piller par quelque émir de Dubaï, du Qatar, de l'Arabie Saoudite, ou autre roi de la péninsule arabique, l'argent ainsi gagné reste dans nos patrimoines.
Alors prenons-nous en main tant qu’il en est encore temps. Ensembles, tout est possible. 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans transports de personnes
commenter cet article

commentaires