Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 17:30
L'industrie du tabac se rend coupable d'un crime tout aussi inacceptable que l'horreur du 11 Septembre. Elle savait, et elle n'a rien dit, rien fait. Le tabac contient une substance radioactive très dangereuse et hautement cancérigène, le Polonium 210. Cette substance vient du phosphate des engrais qui vient s'accumuler dans les feuilles de tabac. Mais alors, que penser des autres plantes face aux engrais chimiques. Cela ouvre beaucoup de questions. Voici les articles de presse.

(((( Le Po est issu de la fission de Ur 238 qui se transforme en 7 noyaux différentx pour arriver au Bismuth210 puis au Po 210 (dont la période radioactive est de 138 jours) et enfin au plomb 206 qui est stable. Ces particules alpha émises à la vitesse de 10 000 km/s (ce sont des noyaux d ' He ) ont une énergie cinétique de 1 T J /kg (le charbon c' est 10 MoJ/kg). Ces particules alpha ont une masse de 7300 fois celle de l' électron et laisse sur leur passage un sillage d' e- et d' atome ionisés, ils sont peu pénétrants 5 cm d' air les arrête mais arrivés dans les poumons au sein de la cellule et sur de courtes distances ( de l' ordre du µm) ils font beaucoup de dégats. 
Fumer 30 cigarettes /jours revient à prendre 300 radio du poumon/an ! 
Le secret que la cigarette contienne du Po 210 a été gardé 40 ans, incroyable !  
Néanmoins la nicotine C10H14N2 reste le principal responsable des maladies du tabac !     )) ))-                       

Du polonium dans le tabac : un secret bien gardé par les cigarettiers

Rendu célèbre par l'affaire Litvinenko, le Polonium 210 est bien moins exotique qu'il n'y paraît : l'élément radioactif – parmi les plus toxiques qui soient – qui a servi à assassiner l'ancien espion du KGB est inhalé, chaque jour, par près de 1,25 milliard de fumeurs que compte la planète. Selon une étude publiée dans le numéro de septembre de l'American Journal of Public Health citée par Le Figaro, l'industrie cigarettière connaissait depuis plus de quarante ans la présence dans les feuilles de tabac de ce composé hautement cancérigène.

Philipp Morris, British American Tobacco, RJ Reynolds et toutes les multinationales du tabac ont volontairement caché, pendant ces quarante années, cette information qui aurait pu gravement refroidir les ardeurs des fumeurs. En décortiquant plus de 60 millions de documents internes des firmes productrices – déclassifiés après un procès perdu en 1998 contre l'Etat du Minnesota –, Monique Muggli, une chercheuse de la Mayo Clinic, aux Etats-Unis, est arrivée à la conclusion que "les industriels savaient tout et n'ont rien dit", écrit Le Figaro.

12 000 MORTS PAR AN

D'après cette enquête, les industriels ont découvert la présence de polonium dans le tabac dès 1964. Selon Monique Muggli, interrogée par 20minutes.fr, les fabricants de tabac ont essayé, dans les années 1970 et 1980, de supprimer la teneur en polonium de leurs produits. Peine perdue : les dirigeants des firmes concernées ont eu peur que les différents traitements expérimentés ne "changent le goût de leur produit, mais surtout que le grand public apprenne les objectifs de ces recherches", explique Mme Muggli. Silence, donc. Un mémo adressé en 1978 au vice-président de Philip Morris, conseillait d'étouffer l'affaire : "Nous risquerions de réveiller un géant endormi !"

Le géant en question a en effet de quoi effrayer. "Le polonium 210 est un émetteur de radiations alpha si instable et dangereux qu'il est un des rares à n'avoir jamais été utilisé en médecine, explique Le Figaro. Il provoque des cancers du poumon par inhalation : il se dépose aux embranchements des bronches où il provoque le processus de cancérisation." Selon Monique Muggli, le polonium Po est à l'origine de 1 % de tous les cancers du poumon aux Etats-Unis. Il serait responsable d'environ 12 000 morts par an dans le monde. Sa présence dans le tabac est due à l'utilisation d'engrais riches en phosphates qui contaminent les feuilles.

Interrogée par Libération, Emanuelle Beguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme, relativise la portée de ces révélations. Pas vraiment rassurante, Mme Beguinot rappelle que le polonium "n'est qu'un des 4 000 composés toxiques d'une cigarette".

Benoît Vitkine

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article

commentaires