Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 21:47
Le lien proposé est une video extrêmement pédagogique sur l'histoire du système monétaire mondial. Nous y découvrons comment nous en somme arrivés là. Nous pouvons en conclure que le développement durable ne restera que du discours si nous ne réformons pas l'ensemble de ce système. Il faudra des chefs d'état de grande valeur pour comprendre cela et négocier avec les USA une refonte complète du système  de financement et de comptabilité macroéconomique. Il ne suffira pas de faire repartir l'accès au crédit dans les conditions actuelles pour remettre bon ordre dans un modèle de développement nous menant dans le mur à la vitesse de la lumière. Nous avons fait baisser la fièvre, mais nous n'avons pas soigné le malade.

www.vimeo.com/1711304

En résumé, les banques créent l'argent à partir de rien, alors que dans le passé elles créaient l'argent à partir d'une référence physique (quantité de métal or ou argent ou autre). Or, dans un monde fini, si on veut une croissance régulière tendant vers l'infini, le système ancien ne pouvait marcher car la quantité de matières nobles de référence est finie. La finance moderne est donc assise sur cette création d'argent à partir du néant. Elle se fait au travers de simple lettres de crédit signées par le débiteur. Les banques se refinancent auprès d'autres banques pour prêter à nouveau et avec les remboursements réguliers des débiteurs. Ainsi, il est possible, en dehors de toute référence physique, de prêter à l'infini. Ce système ne peut marcher que si un niveau de confiance règne.

Or les banques ont dilué le risque en titrisant leurs prêts, c'est à dire en les diluant dans des actions ou obligations, les rendant ainsi opaques et exposés à une défaillance critique des débiteurs.

En sus, les marchés à options, qui sont des paris sur l'évolution à venir des titres, font eux-mêmes l'objet d'un marché fonctionnant en offre-demande, avec un fort effet de levier à la hausse ou à la baisse.

On voit qu'une finance coupée de toute réalité physique nous a amené au bord d'un effondrement complet de civilisation.

L'avidité du monde développée est sans limite, et le système financier permet à celle-ci de s'exercer, aux dépends des facultés de régénération de la planète et de ses ressources (on dépasse la capacité d'assimilation des milieux). Ce système n'a pas de limite.

Toute politique environnementale ambitieuse se doit de réformer le système de financement et le système de comptabilité macroéconomique pour tenter de sauver une civilisation qui court à sa perte.

C'est l'ambition de cap21 dans le Modem.



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans environnement et société
commenter cet article

commentaires

pilaprat 29/03/2009 18:05

avez vous écoute DSK, mes amis et moi pensons que les patrons sont reponsables de la crise, avec leur compplices les politiques.Les informations dont nous disposons (vous savez le réseau), ne done pas bien longtemps au MODEM pour se dissoudre. Mais que font BAYROU et LEPAGE en ce moment quel silence, la peur du vide peut être au vue du nombre de démissions.Salut

Dominique Bied 29/03/2009 19:51


Le Modem est très loin de se dissoudre avec plusieurs dizaines de milliers d'adhérents dont un grand nombre n'ont jamais fait de politique avant. Maintenant, on ne juge pas du dynamisme d'un
mouvement à sa présence dans les discours médiatiques. Ce qui est important, c'est de faire du bon travail dans les commissions, ce qui est le cas. Le contenu y est. Ensuite, Corinne Lepage est en
campagne electorale dans toute la France.

Il faut dire aussi que le PS et l'UMP se taillent la plus grosse part de présence dans les medias TF1 et A2.

Ensuite, les responsables de la crise sont toutes les élites depuis 1975, par manque d'anticipation et par manque de volonté de servir l'intérêt général des populations de la planète. Ce sont
toujours les plus faibles qui subissent ces inconséquences. Cependant, je nuancerai ceci par le fait que nous avons les élites que nous méritons. On a toujours le choix de voter pour qui l'on veut
lors des élections.

Quand au contenu des propositions du Modem, je vous invite à aller sur le site ainsi que sur celui de cap21.

Pour le moment, on ne peut faire grand chose car le gouvernement actuel a tous les leviers de manoeuvre avec un parlement qui n'est qu'une chambre d'enregistrement des textes du gouvernement,
inspirés largement par le président de la république.   


relativemoney 29/03/2009 16:28

et oui... il faut r´former le système, l'heure est venue de questionner nos politiques sinon ils seront questionnés par l'histoirevous pouvez avez plus d'info sur http://visionecofacile.blog.tdg.ch/

pilaprat 16/02/2009 12:02

Qu'est ce que CAP 21 et le MODEM, une nébuleuse qui ne sait pas ou elle est sur l'échiquier politique. CAP 21 où j'étais adhérent m'a laissé complètement dans l'isolement. Je parle de CAP 21 63 Mme GOTHON avait reçu des instructions de Mme LEPAGE, mais elle n'en a pas tenu compte. M. MONJAUZE de Brioude (43), c'était permis à une époque d"attaquer avec un virulence unsultante une corporation de travailleurs, j'avais réagis avec fermeté , vigueur. Je me suis attiré les foudres de tous les délegués de la région auvergne, et a par ça vous n'êtes pas à droite, et même proche pour certains du FN. Q'avez vous a répondre à cela

Dominique Bied 16/02/2009 23:31


Etant donné que je ne connais pas les détails des évènements dont vous parlez, je ne peux répondre à vos affirmations. Ce qu'il faut retenir de cap21 et du Modem, c'est que ce sont des partis
entièrement nouveaux reposant sur des concepts nouveaux, en particulier sur le lien économie et écologie. C'est le seul parti qui propose cela, les autres partis ayant copié le discours original
que Corinne défend depuis la sortie d'ECORESP 2.

Ce parti n'a rien à voir avec ce qui se faisait avant. Il suffit d'être présent aux travaux de fons dans les commissions ou à la conférence nationale ou dans les départements pour s'en rendre
compte. C'est facile quand on est à l'extérieur d'envoyer toute sorte de jugement à l'emporte pièce et de se servir d'évènements marginaux pour discréditer un parti jeune.

Il faut être suffisamment adulte pour dépasser les difficultés personnelles et avoir une certaine constance dans l'action.

La France souffre cruellement d'un conservatisme de droite comme de gauche, d'un conservatisme économique qui bride toute innovation en matière de développement durable alors que les Etats-Unis
travaillent dans leurs laboratoires la ville zéro énergie qui sortira dans quelques années sans que nous ayons vu le coup venir. Nous ne pourrons dire que nous n'étions pas au courant, alors que
les premières publications sortent sur la gestion des flux urbains. Il faut continuer le travail commencer depuis 2002 à cap21 et depuis 2007 au Modem. Nous ne devons pas décevoir les milliers de
jeunes qui nous rejoignent.

Il n'y a pas de temps à perdre à nos basses querelles, on n'a pas d'autre choix que d'avancer, surtout pour les générations qui vont suivre.

Au Modem, la parole est complètement libre, je peux en témoigner. Il n'y a aucune censure écrite ou orale.

Maintenant, si vous devez intervenir, intervenez sur le fond, ce sera plus profitable.



pilaprat 15/02/2009 20:06

il ne faut pas oublier Monsieur que les jeux d'écritures financières sont légaux.Heureusement qu'il y a les cartes, les chéquiers, que nos salaires( moi qui suit un ancien cadre, ,et qui après 31 ans au service financier de la SNCF)je travaille pour le ministère de la justice aux affaires financières, je me voit pas donc aller chercher mon argent avec une brouetteJe vous présente mes respects 

Dominique Bied 15/02/2009 21:19


Il ne s'agit pas de revenir à la valise de billets. L'effet pervers des lettres de crédit est dans l'aspect illimité, le manque de limites, de référence, de régulation. Il y a un nouveau système
monétaire à construire, un nouveau système de mesure de la richesse à inventer.