Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 12:53

La manière dont on pose la question de l'impôt dans cette campagne présidentielle est d'une part biaisée, d'autre part archaïque et d'une démagogie dépassant l'entendement. Le débat se cristallise sur l'impôt sur le revenu alors qu'il ne réprésente que 17% des recettes fiscales. On paye beaucoup plus d'impôts sur le travail que sur le revenu. Quand va-t-on parler enfin de la répartition des différents impôts?

 

 

Cristalliser le débat sur la suppression ou non des impôts sur le revenu des personnes gagnant plus de 4000 Euros nets par mois est passablement réducteur, simpliste et injuste. Parler de cette tranche de population avec un tel impact médiatique signifie ignorer 90% des français.

Voilà une singulière manière de vouloir rassembler le pays vers un objectif partagé. 

Et puis sait-on vraiment qui est riche et qui est pauvre en France (voir le numéro de Janvier d'alternatives économiques)? A-t-on une idée largement partagée de la répartition des revenus en France. En fait, ces débats caractérisent l'incapacité des politiques à répondre aux difficultés quotidiennes d'une immense majorité de français et à concevoir une fiscalité juste et équitable, efficace.  

 

 Il devient urgent, pour que le travail, le risque et l'investissement soit mieux rémunéré en France de regarder cette répartition. Le débat présidentiel devrait tourner autour de la ventilation de l'impôt sur le travail, la TVA , le capital, la TIPP , le patrimoine de rentes, le patrimoine d'habitation, le patrimoine productif, celui impactant négativement l'environnement. C'est aussi à cette seule condition que le travail reviendra dans notre pays.   

 

Ensuite, les français subissent des prélèvements déguisés sur leur revenu. En effet, notre inconséquence en matière d'urbanisme et de mobilité oblige la plupart des français à prendre leur voiture seul pour aller au travail. La hausse générale des prix de l'immobilier a aussi considérablement réduit leur revenu disponible.  

 

En fait, les français surpaient leur logement et leur mobilité par la défaillance de la puissance publique à ce niveau, c'est à dire la manière de gérer l'espace public et le partage de l'espace public et l'espace privé.  

 

C'est ce que l'on fait à cap21. Prendre l'environnement comme tête de pont des politiques publiques permet de trouver les clés pour fabriquer une économie et un social compétitifs en jouant sur la diminution des dépenses non compressibles des ménages. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans politique
commenter cet article

commentaires