Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

29 août 2005 1 29 /08 /août /2005 00:00

Une fois de plus, le gouvernement ne se sent pas responsable du pouvoir d'achat des français. On se contente de mesurettes sans impact pour se donner bonne conscience.

Les deux mesures diffusées sur les ondes concernent une baisse des vitesses sur les autoroutes à 115km/h et la mise en place d'une cellule de veille du prix du pétrole. Nous sommes donc dans l'immobilisme le plus total, la mollesse coupable;  pas de mesures structurelles à l'horizon. Les mêmes logiques prévalent en Belgique avec la remise d'un chèque de 75 Euros pour des surcoûts de 1500 Euros à l'année: saupoudrage ridicule.

Commentons ces mesures.

 La bonne gouvernance consiste, face à un problème, à prendre des mesures ayant un réel impact sur l'enjeu recherché. C'est l'amplitude de cet impact qui mesure le niveau d'engagement d'un gouvernement, et donc la conscience de sa responsabilité. On a assez entendu à droite qu'il fallait marier liberté et responsabilité. Nous sommes loin du compte. 

La réduction des vitesses sur autoroute ne réduira la consommation de carburant que dans l'ordre de grandeur de 1%. Il n'y aura aucun impact sérieux ni sur l'économie des ménages, ni sur la sécurité routière, ni sur l'environnement. Nous sommes donc dans le non-engagement et par conséquent la non-responsabilité. Le décalage entre les discours électorals et les actes s'amplifie. Nos élites prennent la population pour des enfants au mieux, des imbéciles au pire.  

 Rappelons les vrais chiffres. Les voitures françaises parcourent chaque année 450 milliards de kilomètres (15000 kilomètres par voiture sur 30 millions de véhicules). Le nombre de kilomètres parcouru sur autoroute est très faible, l'immense majorité des parcours se fait en milieu urbain ou sur le réseau secondaire. Si nous voulons agir sur la vitesse, il faut le faire sur les routes départementales et en milieu urbain.

La mesure préconisée par le gouvernement n'est même pas efficace pour la sécurité routière car 2/3 des accidents ont lieu à moins de 15 kilomètres du domicile sur des trajets courants.

En milieu rural, une vitesse réduite à 70km/h serait très efficace non seulement en matière de sécurité routière,  mais aussi du point de vue des économies d'énergie car une vitesse apaisée induit une conduite souple, sans accélération brutale.

En milieu urbain, une réduction du trafic visant à fluidifier celui-ci, associé à une réduction à 30 km/h des vitesses de pointe (mesure appliquée avec un grand succès à Fontenay-aux-roses) est une mesure structurelle efficace. 

Une autre mesure, génératrice de réduction du trafic,est de rendre obligatoire les plans de déplacements pour les entreprises, les écoles, les administrations etc....au travers d'un amendement à la loi sur l'air de 1996. Il y a là un enjeu de réduction du trafic automobile par 2 en 5 ans avec peu d'argent public. Là aussi, l'expérience de l'entreprise STmicroelctronics à Grenoble est une réussite. 

La crise énergétique ne peut que s'aggraver. L'incompréhension entre les élites et la population ne peut que grandir. La classe moyenne, celle qui roule le plus en voiture, souvent par nécessité, est frappée de plein fouet et voit son pouvoir de consommation diminué alimentant la crise économique. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans transports de personnes
commenter cet article

commentaires