Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 18:18

Il est  indispensable de mettre en place des concepts simples permettant de sécuriser l'ensemble des territoires d'une intercommunalité pour les usagers faibles que sont les piétons et les vélos, ceci devant se faire avec un minimum de dépenses publiques.

Le meilleur moyen, et à vrai dire le seul, permettant de concrétiser cela est de passer les limites de vitesse par défaut à 30km/h au lieu de 50km/h que l'on garde pour les exceptions.

Aujourd'hui, nous faisons l'inverse ce qui coûte très cher en génie civil pour l'implantation des zones 30 et pour une efficacité relativement peu intéressante en terme d'usage de la bicyclette comme moyen de transport quotidien.

Il est démontré sans contestation possible que la réduction des vitesses des véhicules motorisés est le vecteur numéro 1 de la sécurité routière et conditionne tous les autres facteurs. De toute façon, on ne peut pas tricher avec des principes physiques aussi fondamentaux que l'énergie cinétique.

Fontainebleau, suivant d'autre communes françaises comme Sceaux, Montreuil, Clamart, Fontenay-aux-Roses, vient de passer en ville 30.

Il est cependant consternant de voir que des élus, appuyés par les associations d'automobilistes, crient à la paralysie de la ville pour se lever contre cette mesure. Cela dénote pour le moins une méconnaissance des faits démontrés, un manque évident de responsabilité, une immaturité évidente sur les questions de vitesse, un manque évident de respect pour la vie humaine. Cela fait trop longtemps que ça dure, et il est temps d'inverser cette tendance. Des communes l'ont compris, il faut absolument tenir bon sur ces positions innovantes en matière de partage de voirie.

Il est aussi démontré, contrairement aux idées reçues, qu'une réduction des vitesses des véhicules motorisés en horaires de pointe améliore la fluidité du trafic car il diminue le risque d'aléa accidentel.  En aucun cas une ville 30 ne peut conduire à une paralysie. La paralysie d'une zone dense est due à l'occupation excessive d'espace des automobiles (170 mètres carré de voiries de flux et de stationnement à mettre à disposition par voiture).

Il est important pour la commune de Fontainebleau de faire de la pédagogie sur l'intercommunalité et de tenir bon car elle sert d'exemple à toutes les associations cyclistes et piétons qui travaillent pour la généralisation des villes 30.

 

Voici un test probant effectué par l'association la vie à vélo en Seine-et-Marne et montrant à l'évidence la pertinence du concept ville 30.

 

Le test de la Vie à Vélo 30 km/h, 50 km/h où à vélo on va aussi vite !

 

Parcours de 2.9 km empruntant notamment rue Grande, rue de la Paroisse, rue Guérin, rue Béranger, entre 18h et 19h mercredi 25 août.

 

Résultat :

 

- limite à 30 km/h : 9’50 - 18 km/h de moyenne - 5.2 l/100km

 

- limite à 50 km/h : 8’20 - 21 km/h de moyenne - 8.8 l/100km

 

- vélo : 8’20 – 21 km/h de moyenne – 0 l/100km !

 

voir les vidéos : http://avon.fubicy.org/ à 30 km/h à 50 km/h à vélo

 

Conclusion : Le temps de parcours dépend essentiellement des encombrements, des feux et stops et très marginalement de la vitesse de pointe qui n'est atteinte que rarement et sur de faible distances. Si l'on rajoute quelques minutes pour trouver une place de stationnement et rejoindre sa destination à pieds, le vélo est gagnant dans tous les cas !

 

En revanche à 50 km/h on met la vie des autres en danger, on fait plus de bruit et on gaspille énormément de carburant (+3.6l/100km avec une Clio, bien plus avec une voiture plus lourde), et d'argent : plusieurs centaines d'euros par an !

 

La Vie à Vélo http://avon.fubicy.org/ contact avon@fubicy.org

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans transports de personnes
commenter cet article

commentaires