Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 20:22

Le déficit des ventes d'automobiles dans les pays matures et la hausse du prix des carburants ne sont pas une surprise. L'avènement d'une classe moyenne pléthorique dans les pays émergents a fait exploser la demande de pétrole et donc les prix, comme prévu. Les constructeurs automobiles ont tout à fait logiquement implanté leurs usines là où se trouvaient la clientèle et la demande pour diminuer le prix de revient, ce qui est un comportement normal d'industriel.

 

Face à cela, depuis 30 ans, rien n'a évolué suffisamment dans la stratégie marketing des constructeurs automobiles, incapables de construire une mobilité individuelle efficace autour de l'automobile, par exemple en développant des véhicules adaptés à des systèmes de taxis collectifs temps réel permettant aux voitures de rouler beaucoup à pleine charge. Du côté des élus locaux,le transfert modal de la voiture vers le vélo et le transport public a été notoirement défaillant. Le vélo reste à quelques pour cent de part de marché des déplacements, le transport public reste aux alentours de 20% à peine malgré les milliards investis. On ne crée toujours pas les conditions d'infrastructures traduisant une ambition réelle pour les modes doux, pourtant solution très efficace face au prix des carburants. Les pays d'Europe du Nord travaillent d'arrache-pied pour offrir le maximum de choix de modes de transport à leur population quand nous restons, en France, captifs de l'automobile.

Au lieu de porter une ambition pour s'adapter à la nouvelle donne énergétique, on cède aux pleurs d'une population aux abois en concèdant quelques centimes sur les taxes. C'est jouer petit bras une fois de plus, tout comme la rustine des différentes primes à la casse pour la vente d'automobiles. Le problème est que les tendances de fond ne changent pas et nous sommes toujours dans de l'action à la marge, c'est à dire en fait l'inaction.

En sus, rien n'est fait pour rétablir une augmentation significative du salaire net et une compétitivité suffisante des entreprises par un transfert des charges leur permettant de restaurer leur taux de marge et leur capacité d'investissement et donc de développer l'emploi. Nous envoyons la population petit à petit dans le mur de la pauvreté rampante.

Pourtant, si un salarié a un parcours de 60km pour aller au travail, ce qui est beaucoup (largement au delà de la moyenne française), s'arrêter 6km avant le terme et continuer à vélo fait gagner tout de suite 10% sur la trésorerie. On voit dans cet exemple que créer des conditions de déplacements à vélo sécurisés est une vraie solution beaucoup plus efficace que toutes les rustines mises en place actuellement. En sus, il existe aujourd'hui des vélos à assistance électrique et des vélomobiles permettant d'augmenter sans effort le rayon d'action.

 

Des pays comme le Danemark ont fait tout le contraire en fiscalisant massivement les charges des entreprises (4% de charges seulement), en développant au maximum les transports doux et publics pour diminuer la dépendance de la population à l'automobile, en maîtrisant le coût du logement. Il est alors évident que le rapport dépenses contraintes recettes des ménages est largement en leur faveur, ce qui les a fait traverser la crise économique sans encombre. Aucun parti au pouvoir depuis 30 ans et aucun parti en position de gouverner ne propose encore cela. Pourtant, il y a urgence.  


Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans transports de personnes
commenter cet article

commentaires