Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 22:05

A une période où nous subissons le désastre d'une croissance totalement assise sur les gaspillages de ressources énergétiques, il est bon de rappeler quelques chiffres en ordre de grandeur concernant la mobilité individuelle.

 

2 déplacements à vélo aller et retour de 2.5km par jour tous les jours de l'année reprsentent 3650km par an d'économie de déplacements voitures. Cela représente des temps de trajets entre 7 et 10mn porte à porte.

 

Rappelons que 3/4 des déplacements automobiles font moins de 5km et la moitié moins de 3km.

 

Cela représenterait une économie de 3650 km fois 30 millions d'automobilistes par an, soit 110 milliards de kilomètres sur les 500 milliards que parcourent les français chaque année avec leur voiture.

 

Cela représente une économie de 17 millions de tonnes de CO2.

 

Les pouvoirs publics dans leur ensemble ne font rien ou pas grand chose pour le développement de ce mode de transport en France. C'est surtout l'ambition qui fait défaut. A contrario, les danois de Copenhague ont décidé de construire 13 voies express vélo de 7 à 15km au bord des autoroutes urbaines pour faire passer l'usage du vélo sur le déplacements domicile travail de 37% à 50%.

 

Si on veut aider la population française à mieux vivre sa vie quotidienne, il est grand temps de passer une vitesse sur le sujet. Cela fait 20ans que l'on attend cela. Cela n'a que trop duré. Avec peu d'argent public, mais avec suffisamment d'argent quand même, on peut avoir un effet de levier considérable en matière de gain en qualité de vie et en économie de carburant.

 

Les organisations non gouvernementales, telles que Greenpeace, WWF, ou la fondation hulot, regorge d'argent, de chargés de mission. Certes, l'utilité des budgets communication de ces organismes n'était pas contestable jusqu'à une période récente. Mais aujourd'hui il est temps depasser à l'action et de ne plus communiquer, mais faire.

 

Les pôles de compétitivité regorgent de chargés de mission aussi, autant de gaspillages de ressources pour monter des projets ou la volonté et la compétence de quelques personnes suffirait pour monter et développer des projets collaboratifs.  L'immobilisme des politiques amène à gaspiller un tas d'emplois qualifiés pour tourner en rond sur des projets sans jamais pouvoir les développer par manque de ressources. C'est une mécanique infernale qui nous emmène dans le mur. Nous brassons du vent et rien d'autre.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans transports de personnes
commenter cet article

commentaires

ingrand christophe 11/04/2011 10:00



Bonjour,
Cet article entre en raisonnance avec la sortie du livre de F. Nicolino 'Qui a tué l'écologie ?' est ce le fait du hasard ? Quoiqu'il en soit je suis d'accord avec votre point de vue.
C'est sur que la qualité du bitume du bord des autoroutes fait parfois rêver le cycliste que je suis, mais sans les voitures ...



Dominique Bied 12/04/2011 00:41



Le livre de Nicolino ne fait que reprendre ce que je dis aux élus locaux. On passe son temps à faire de la com et on ne fabrique rien ou presque. C'est donc le livre de Nicolino qui entre en
résonance avec certains citoyens engagés depuis longtemps. Si on mettait le budget com de sensibilisation au service de projets innovants, nous n'en serions pas là. La sensibilisation est faite,
i faut passer à autre chose.



spirou31fr 11/04/2011 09:24



Bonjour,


sympathisant de cap21 depuis bien longtemps, je ne peux qu'approuver votre envie de favoriser le vélo, ce que le politique doit faire via l'amménagement du territoire. Cependant, en tant que
piéton et citoyen, je m'élève contre ceux qui réclament des droits spécifiques pour la circulation des vélo. En effet, les règles de circulations sont déjà fort complexes (et beaucoup de
cyclistes ne les respectent pas), or l'usager de la route (et des trottoirs, pour les piétons) quel qu'il soit aura d'autant plus de mal à respecter ces règles qu'elles seront nombreuses, cela
engendrera plus d'accidents car chacun se croiera dans son droit.Il faut donc autant que possible plus de voies cyclables protégées mais en plus maintenir et respecter un code unique pour tous
avec un sens de l'effort des cyclistes qui doivent bannir notamment l'usage du troittoir s'ils ont + de 12 ans. (Si vous trouvez que le chemin normal est trop long, achetez une assistance
électrique pour votre vélo!)


Bonne journée.



Dominique Bied 12/04/2011 00:38



Pour répondre à votre question sur les règles. Les règles et lois évoluent et doivent évoluer en fonction des usages et du contexte d'aujourd'hui. Les récents aménagements du code de la route ont
été faits pour faciliter les parcours vélos. Il n'était pas satisfaisant d'avoir parfois à faire des détours de plusieurs kilomètres à cause de sens uniques iniques faits pour détourner un flux
de transit voitures. 


L'Espagne vient d'autoriser les vélos à rouler sur les trottoirs larges. D'ailleurs, piétons et vélos partagent assez bien les voies dites pietonnes et il n'y a pas inflation d'accidents graves.


Le sens de l'histoire est le partage de voirie. D'ailleurs, c'est l'Europe qui nous fait avancer là dessus. Les double sens cyclables sont légions dans de nombreux pays d'Europe avec un grand
succès.


Enfin, rappelons que le code de la route a été créé par l'automobile club, donc pour les automobiles et avantagent outrageusement ce mode de transport. Nous avons le bonnet d'âne de l'Europe à ce
niveau. Il a grandement besoin d'être réformé pour rétablir la priorité du plus faible vers le plus fort. Les engins motorisés sont responsables de l'équivalent d'une guerre 14 en nombre de décès
par an dans le monde.


Créer une ambition pour le vélo en France veut dire faire des grands ouvrages d'art pour le vélo plus réduire les vitesses de pointe des motorisés plus favoriser ce mode par la loi. L'Espagne
vient de voter une loi cadre au parlement national pour faire du vélo le mode de transport préférentiel en ville.