Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

20 novembre 2005 7 20 /11 /novembre /2005 16:53

Il peut paraître incongru qu'un responsable transport s'intéresse au sujet de l'agriculture. Mais un responsable environnement quelqu'il soit se doit d'être curieux de tous les sujets concernant la survie de la planète, en particulier le transport, l'eau, l'énergie, l'air, le sol.

Ceci est d'autant plus vrai que les domaines sont extraodinairement interdépendants, que les solutions à nos problèmes doivent être pensées transversalement.

 Je vous incite fortement à lire la documentation de recherche se situant sur le lien agriculture: la technologie BRF que j'ai mis dans la rubrique lien.

A l'heure où les bouleversements climatiques, dont le transport est responsable pour 1/4 environ, vont générer des problèmes considérables de fertilité des sols, il est plus qu'urgent de développer d'autres techniques agricoles moins consommatrices de produits artificiels et de ressources naturelles.

Cette technologie, respectant les cycles de la nature en utilisant ceux-ci pour fertiliser durablement les sols sans les épuiser, mariant harmonieusement les cycles de la forêt et du sol cultivé à moindre coût monétaire et en ressources naturelles, disqualifie largement les OGM. 

Notre ministère de l'agriculture serait bien inspiré de développer ces techniques en France, sinon, nous risquons, à l'avenir, de payer des impôts pour indemniser nos agriculteurs année après année.

Nos élus locaux sont complètement béotiens sur la question, il y a un énorme travail de communication à faire. D'autre part, chose plus étonnante encore, si vous allez sur le site de l'INRA, l'institut de recherche agronomique, vous ne trouvez même pas de texte sur cette technologie, ce qui dénote l'aveuglement de nos chercheurs sur les bonnes solutions aux problèmes agricoles. Il est grand temps que nos agriculteurs aient une formation plurielle. 

Je vous renvoie également à l'émission de France Culture "terre à terre" du 8 Octobre que vous pouvez encore écouter en différé pendant 3 semaines encore.

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 00:00

Je vous invite à écouter attentivement l'émission de france-culture "terre à terre" qui a eu lieu Samedi 8 Octobre de 7h à 8h et intitulé "cultiver sans eau en Quercy".

Vous pouvez réécouter l'émission en différé en chargeant sur le site real.com le logiciel gratuit real player, et ceci pendant deux mois après l'émission.

 Il y est décrit une technique agricole qui permet de ne plus arroser du tout les plantes. Cette technique qui nous vient du Canada, et validée depuis 30 ans, réconcilie l'agriculture avec la forêt. Ce sont les travaux de Gilles Lemieux (ça ne s'invente pas) de l'université Laval au Quebec qui ont été appliqués récemment en France dans le Quercy avec un succès qui étonne tous les voisins de l'agriculteur interviewé. Il est le premier à avoir pratiqué ce style d'agriculture.

On pourrait intituler cette technique: "au delà de l'agriculture biologique."

En fait, un sol de forêt est toujours humide, plein d'humus. Ceci est du aux chutes de branches d'arbres, des feuilles etc... Si on épand sur le sol ce que l'on appelle du BRF, bois raméale fragmenté, alors on crée de l'humidité en quantité suffisante pour ne plus arroser. Il y a échange d'énergie entre l'environnement de la plante et celle-ci.

En fait, dans l'agriculture intensive, on enlève de la forêt, on épuise les sols (érosion) avec de la chimie minérale, et on crée des dégâts considérables dans l'environnement. Avec le BRF, on régénère le sol au fur et à mesure, il reste fertile. C'est la pédogénèse. Cette technique marche également sur des sols  très pauvres soit à l'origine, soit à cause du manque de précipitations.

Une substance nommée aquaporine mesure le besoin en eau de la plante, ce qui lui permet d'absorber son juste besoin. En fait, nous les hommes, ne savons pas gérer l'eau au mieux, la planète sait le faire.

Hélàs, une fois de plus, l'état a donné beaucoup d'argent pour étudier l'aquaporine en laboratoire sortie de son contexte, alors qu'il faudrait l'étudier dans son contexte réel. Malheureusement, il n'y a pas d'argent pour cela, alors que les résultats sont là.

Même l'agriculture biologique est dépassée par cette technique économe en eau et en apports minéraux.

Des mesures de ph ont été faites, celui-ci reste neutre.

La plante consomme seule ce qu'elle a besoin. Les fruits et légumes ont un goût incomparable car ils ne sont pas gorgés d'eau. D'ailleurs, la restauration de luxe n'a pas mis longtemps à s'approvisionner chaque semaine chez cet agriculteur. La productivité est de 150% par rapport à une autre méthode.

Cela veut dire aussi que si on reconstitue les haies, on trouve très facilement du BRF. De plus les oiseaux peuvent également nichés.

En fait, des champigons utiles colonisent le BRF. Ils installent le sol par digestion, transformation, transfert d'énergie. On ne fait plus d'entropie, le sol installe son ordre seul comme un grand.

En agriculture maraîchère, on sort 160kg de courgettes sur 12 pieds, c'est une productivité énorme. 

Cette technique a aussi sauvé des vignes menacées par la sécheresse. Lorsque vous faîtes un profil du sol, l'humidité se trouve à 50cm pour 1m 50 avec les techniques traditionnels. Au niveau fertilité, vous mettez quelques mois pour avoir 20 à 30 cm de sol fertile contre 100 ans pour avoir 10cm.

En poussant un peu plus cette technique, des études ont été menées en Ukraine. Chaque arbre produit son champignon. Celui-ci génère son propre antibiotique, celui dont la plante a besoin pour résister aux maladies. La quantité se régule seul. Le champignon ne crée pas de maladie car dans ce cas, il n'y a pas déséquilibre du sol. 

On voit là que la nature effectue un tas de travaux gratuitement. Ces mêmes travaux sont imputés de manière très coûteuse aux agriculteurs par les industries agro-chimiques.

Le précédent article faisait l'analogie entre la pensée "zéro déchets", le transports à "zéro nuisance", voici maintenant l'agriculture à "zéro consommation d'eau". Il y a vraiment du travail à foison pour que cap21 diffuse la pensée "qualité totale" dans notre mode de vie. 

Partager cet article

Repost0