Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Corinne Lepage,

ministre de

l'environnement

 de 1995 à 1997

et présidente de cap21

Recherche

17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 16:14
Voici un article de Cécile Cassier de univers-nature (www.univers-nature.com) qui rapporte une intention de l'union européenne de modifier les condtions de fonctionnement des pompes à essence afin de réduire les émissions de composés organiques volatiles cancérogènes à la sortie du tuyau d'essence. Il est dommage que cette disposition ne soit pas généralisée et ne soit applicable que sur les nouvelles stations ou les stations en rénovation. Mais on avance tout de même.

Vivement pointée du doigt pour la pollution qu’elle génère à l’usage, la voiture n’est pas non plus inoffensive à l’arrêt. Pour surprenante que soit une telle affirmation, elle n’en est pas moins vraie. En effet, lors du passage à la pompe, les réservoirs des véhicules refoulent de l’air saturé en vapeurs de composants organiques volatils (COV), nocifs tant pour l’homme que pour l’environnement. Ces vapeurs d’essence contiennent, de fait, un mélange d’hydrocarbures, incluant notamment du benzène, identifié comme cancérigène. En outre, après contact à l’air libre, ces hydrocarbures forment de l’ozone au sol, ce qui peut provoquer une irritation des voies respiratoires, voire une inflammation des poumons, sans parler de la pollution atmosphérique générée.

Plutôt que de conseiller de retenir sa respiration le temps du réapprovisionnement à la pompe, l’Union européenne s’est tournée vers une solution moins contraignante pour le consommateur et plus profitable à l’environnement. Le 5 mai dernier, le Parlement européen a, en effet, approuvé une proposition imposant à l’ensemble des Etats membres d’équiper leurs stations service de systèmes de captage et de recyclage de ces vapeurs nocives.
Concrètement, ces équipements seront obligatoires dans toute l’Union européenne à compter du 1er janvier 2012 pour les stations service nouvellement construites ou faisant l’objet de rénovations. Cela concerne les stations dont le débit, effectif ou prévu, est soit supérieur à 500 m3 par an, soit supérieur à 100 m3 par an dans la mesure où celle-ci est intégrée dans un bâtiment utilisé comme lieu permanent d’habitation ou de travail.
D’après le projet présenté, l’obligation de recourir à ces techniques de récupération de vapeurs d’essence sera étendue à la quasi-totalité des stations service d’ici 2018. Seules les toutes petites stations service, n’approvisionnant que quelques voitures par jour, en seront exemptées.

Déjà introduits dans un certain nombre de pays européens, ces dispositifs de captage aspirent les vapeurs rejetées hors du réservoir du véhicule au niveau de l’embout de la pompe à essence et les renvoient soit vers un réservoir de stockage souterrain aménagé sur le site, soit directement dans les cuves de la station service. Cette dernière technologie est la plus récente et ne nécessite pas la création de canalisations souterraines. Dès lors, outre son impact moindre sur la santé humaine et sur l’environnement, cette mesure devrait permettre d’économiser du carburant, même s’il est délicat, à l’heure actuelle, de chiffrer ce gain.

Pour l’heure, cette proposition de directive relative à la phase II de la récupération des vapeurs d’essence lors du ravitaillement en carburant dans les stations service (1) doit encore recevoir l’accord des Etats membres à l’occasion de l’une des réunions ministérielles. Si elle venait à être définitivement adoptée, la directive entrerait en vigueur le jour de sa publication au Journal Officiel de l’Union européenne.

Cécile Cassier

1- La phase I concerne la récupération des vapeurs lors du pompage par les réservoirs des stations service, obligatoire sur la base d’une directive de 1994 (94/63/EC).
 
Repost 0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 18:01
Voici une chanson du groupe Paris-Combo, formidable groupe français. C'est de la musique de très haut niveau technique, dans le style de San severino, de Django Reinhardt.

Cette chanson décrit la qualité de l'air dans Paris avec une poésie de grande valeur sur un rythme de valse qui vous transporte. Je vous laisse découvrir cette chanson sur deezer.com et les paroles ci-dessous. Elle fait parti d'un album qui s'appelle attraction.

Titre:Lettre A P

Tôt, j’ai mangé de l’autocar

Avec ses jantes, avec ses phares

Ensuite, j’ai fumé une berline

Aux pures essences raffinées de benzine

 

Paris, j’aime ton gasoil

L’odeur de ton excitation-moteur

Paris, tu es la capitale

La lettre P, en sonore initiale

 

Car tu sens si bon, l’été

Sous ta chape de plomb, souffrez

Que j’ai m’inspiration fatale

 

Tu seras toulours romantique

Même au temps des pics

Qui goudronnent tes monuments

Et font pleurer tous les yeux des amants

 

On a souvent chanté tes ponts

A coup d’excès d’accordéon

Pour l’heure, voilà que ces flonflons

Vont louer tes pics de pollution

 

Avenue Bel-air ou sur les quais

On voudrait respirer en paix, quand on sait

Que tes gaz sont fatals

Ça fait sourire ce P, en initial

 

Car tu sens si bon, l’été

Sous ta chape de plomb, souffrez

Que j’ai m’inspiration fatale

 

Tu seras toulours romantique

Même au temps des pics

Qui goudronnent tes monuments

Et font pleurer tous les yeux des amants

 

Un P, comme pas vu, pas pris

Un A, comme atmosphère

Un R, comme le bon air de Paris

I, c’est l’asphyxie

 

Et S, vraiment bon esprit

De nous faire inhaler ainsi

Parmi les squares et les allées

De si dangereux fumets

 

Car tu sens si bon, l’été

Sous ta chape de plomb, souffrez

Que j’ai m’inspiration fatale

 

Tu seras toulours romantique

Même au temps des pics

Qui goudronnent tes monuments

Et font pleurer tous les yeux des amants

 

 

 
Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 17:30
L'industrie du tabac se rend coupable d'un crime tout aussi inacceptable que l'horreur du 11 Septembre. Elle savait, et elle n'a rien dit, rien fait. Le tabac contient une substance radioactive très dangereuse et hautement cancérigène, le Polonium 210. Cette substance vient du phosphate des engrais qui vient s'accumuler dans les feuilles de tabac. Mais alors, que penser des autres plantes face aux engrais chimiques. Cela ouvre beaucoup de questions. Voici les articles de presse.

(((( Le Po est issu de la fission de Ur 238 qui se transforme en 7 noyaux différentx pour arriver au Bismuth210 puis au Po 210 (dont la période radioactive est de 138 jours) et enfin au plomb 206 qui est stable. Ces particules alpha émises à la vitesse de 10 000 km/s (ce sont des noyaux d ' He ) ont une énergie cinétique de 1 T J /kg (le charbon c' est 10 MoJ/kg). Ces particules alpha ont une masse de 7300 fois celle de l' électron et laisse sur leur passage un sillage d' e- et d' atome ionisés, ils sont peu pénétrants 5 cm d' air les arrête mais arrivés dans les poumons au sein de la cellule et sur de courtes distances ( de l' ordre du µm) ils font beaucoup de dégats. 
Fumer 30 cigarettes /jours revient à prendre 300 radio du poumon/an ! 
Le secret que la cigarette contienne du Po 210 a été gardé 40 ans, incroyable !  
Néanmoins la nicotine C10H14N2 reste le principal responsable des maladies du tabac !     )) ))-                       

Du polonium dans le tabac : un secret bien gardé par les cigarettiers

Rendu célèbre par l'affaire Litvinenko, le Polonium 210 est bien moins exotique qu'il n'y paraît : l'élément radioactif – parmi les plus toxiques qui soient – qui a servi à assassiner l'ancien espion du KGB est inhalé, chaque jour, par près de 1,25 milliard de fumeurs que compte la planète. Selon une étude publiée dans le numéro de septembre de l'American Journal of Public Health citée par Le Figaro, l'industrie cigarettière connaissait depuis plus de quarante ans la présence dans les feuilles de tabac de ce composé hautement cancérigène.

Philipp Morris, British American Tobacco, RJ Reynolds et toutes les multinationales du tabac ont volontairement caché, pendant ces quarante années, cette information qui aurait pu gravement refroidir les ardeurs des fumeurs. En décortiquant plus de 60 millions de documents internes des firmes productrices – déclassifiés après un procès perdu en 1998 contre l'Etat du Minnesota –, Monique Muggli, une chercheuse de la Mayo Clinic, aux Etats-Unis, est arrivée à la conclusion que "les industriels savaient tout et n'ont rien dit", écrit Le Figaro.

12 000 MORTS PAR AN

D'après cette enquête, les industriels ont découvert la présence de polonium dans le tabac dès 1964. Selon Monique Muggli, interrogée par 20minutes.fr, les fabricants de tabac ont essayé, dans les années 1970 et 1980, de supprimer la teneur en polonium de leurs produits. Peine perdue : les dirigeants des firmes concernées ont eu peur que les différents traitements expérimentés ne "changent le goût de leur produit, mais surtout que le grand public apprenne les objectifs de ces recherches", explique Mme Muggli. Silence, donc. Un mémo adressé en 1978 au vice-président de Philip Morris, conseillait d'étouffer l'affaire : "Nous risquerions de réveiller un géant endormi !"

Le géant en question a en effet de quoi effrayer. "Le polonium 210 est un émetteur de radiations alpha si instable et dangereux qu'il est un des rares à n'avoir jamais été utilisé en médecine, explique Le Figaro. Il provoque des cancers du poumon par inhalation : il se dépose aux embranchements des bronches où il provoque le processus de cancérisation." Selon Monique Muggli, le polonium Po est à l'origine de 1 % de tous les cancers du poumon aux Etats-Unis. Il serait responsable d'environ 12 000 morts par an dans le monde. Sa présence dans le tabac est due à l'utilisation d'engrais riches en phosphates qui contaminent les feuilles.

Interrogée par Libération, Emanuelle Beguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme, relativise la portée de ces révélations. Pas vraiment rassurante, Mme Beguinot rappelle que le polonium "n'est qu'un des 4 000 composés toxiques d'une cigarette".

Benoît Vitkine
Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 19:12

Une expérimentation est en cours en Normandie pour mesurer finement la pollution de l'air intérieur d'une voiture, cartographier en fonction de la position de la voiture dans le trafic, comparer avec la carte des résultats de la pollution extérieure. Les résultats complets seront publiés à l'automne par air normand. Dors et déjà, la moyenne des concentrations de polluants est de 2 à 4 fois supérieures à celle situé en bord de trafic.

Rendez-vous à l'automne donc.

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article
1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 11:32

Jean de la Fontaine était décidément un visionnaire sur les questions d'environnement avec sa fable le rat des villes et le rat des champs.

 Il convient en effet de bousculer quelques idées reçues. L'exil dans les milieux périurbains n'est pas forcément le rêve qu'on croit.

L'ozone, véritable poison pour la santé au niveau du système respiratoire, est un polluant secondaire créée par l'action du soleil sur les gaz d'échappements des véhicules et des usines. Ce polluant peut être transporté, suivant la force et la direction des vents, sur des centaines de kilomètres.

Ce rappel fait par Nathalie Fonterelle dans sa chronique environnement d'aujourd'hui sur France Info, montre à quel point il est nécessaire d'agir au niveau de l'Europe et du monde pour diminuer l'intensité du trafic routier par une intelligence des mobilités.

Plus généralement, introduire les questions environnementales dans nos arbres de décision nous fait revoir le périmètre du mot liberté. 

 

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 20:45

Là première personne à être pollué est l'automobiliste lui-même, contrairement aux idées reçues.

 

Repost 0
Published by Dominique Bied - dans pollution de l'air
commenter cet article